A la découverte du Mexique: la péninsule du Yucatan

Ernest, le petit lapin bleu russe se fait un nid de foin sous l’escalier et me distraie joyeusement avec ses envies de portées multiples. J’ouvre le courrier qui s’est accumulé par strates durant mon voyage sur le continent américain.

Une lectrice au nom malicieux me décontenance avec ses premières lignes : « BON. J’ai décidé de t’aimer».

La journée commence bien et je note sur une feuille volante les premières idées pour lui répondre et l’aider – peut-être – dans son projet de longue échappée au bout du monde. Partir loin, seul ou non, mais loin, dissoudre ses habitudes, les contraintes, s’engouffrer dans tout ce qui passe, tout ce que la chance apporte aux audacieux.

Une grande inspiration pour chasser les tensions de la veille. Des articles portant les titres « Pourquoi j’ai quitté mon CDI à 30 ans » ou « Les attentes de la génération Y au travail » sont encore ouverts sur mon navigateur.

Ma vie a beaucoup changé en deux ans, je suis même devenue belle-mère de deux petits enfants merveilleux avec lesquels je fais des Skype en leur expliquant concrètement la notion étrange de décalage horaire ou auxquels j’envoie des vidéos immontrables d’animaux chapardeurs de petit-déj. Je ne vous ai pas encore parlé d’eux, par respect pour eux et pour leur maman.

Le voyage reste toujours un besoin naturel, un terrain d’exploration et de lâcher-prise, malgré des attaches inespérées. Mon homme sourit à me voir faire ma valise en vitesse la veille d’un départ, tout en notant les horaires des avions et des trains au cas où je m’emmêlerais les pinceaux. Un jour, j’ai pris un vol en ne réalisant que dans l’avion sa réelle destination… Un souffleur comme au théâtre ne serait pas de trop.

 

Départ vers le Mexique et la péninsule du Yucatan

Au Mexique, je suis partie avec une joyeuse bande de passionnés d’écriture et d’images. Deux projets en tête: essayer de capturer la beauté sauvage de la péninsule du Yucatan et composer des visuels intéressants pour le lancement de la boutique en ligne de ma comparse, véritable petit couteau-suisse créatif, qui devenait moins farouche sous mon objectif.

Je vous emmène ? On part mettre les pieds dans des eaux limpides, entourées de temples fiers, avec des escales sur des rives sauvages, dans des petites cités coloniales aux ruelles saturées de couleurs. On va manger avec les doigts des galettes de mais amères, s’autoriser à plonger dans le luxe d’haciendas tenues par des passionnés, et se laisser flotter sur une barque se frayant un chemin entre les roseaux d’une réserve naturelle.

Vous êtes nombreux à m’envoyer des petits mots concernant l’itinéraire emprunté lors de mes voyages. Mais j’espère que vous ne vous laisserez pas enfermer dans un tracé pré-défini. Voici mon itinéraire d’une semaine entre Cancun et Merida – entre les côtes du Yucatan et les terres intérieures du Quintana Roo – itinéraire que j’étofferai lors de mes prochains voyages dans ces deux régions très riches.

 

8 jours à la découverte du Yucatan et du Quintana Roo

*

Les adresses renseignées ont toutes été testées par mes soins et mon avis n’engage évidemment que moi. N’hésitez pas à compléter l’article avec vos conseils.  

*

Jour 1 : Départ de Paris avec la compagnie XL Airways qui propose des vols directs vers le Yucatan. 11 heures de vol durant lesquelles j’ai pu manger le meilleur de la gastronomie libanaise, tandis que mes voisines s’essayaient aux saveurs italiennes et thaïlandaises … Je suis incorruptible, sauf quand on m’attrape avec de la nourriture. Tandis que je pensais somnoler quelques heures sur l’épaule de ma voisine, on nous tend des lunettes spéciales ressemblant à un casque de réalité virtuelle: le cinéma ça se savoure coupé du brouhaha des passagers et des bruits des moteurs. Je suis bluffée et enchaîne les derniers films ratés en salles cette année.

Arrivés tardivement à Cancun, on observe les lumières qui filtre dans le bus. On pose nos affaires près de la mer, dans l’immense hôtel Secrets The Vine.

Jour 2 : Le décalage horaire me permet de me réveiller spontanément pour le lever du soleil sur l’océan. Un jus de cactus en main, on se demande quelle stratégie adopter devant ce buffet dantesque. Le karma nous veut du bien ce matin…

De Cancun, on prend un bus qui nous entraîne aux limites de la réserve naturelle de Sian Ka’an ( « qui descend du Ciel » en langue maya). La réserve est si vaste ! On l’explore par des randonnées à pied et par des petites barques qui s’aventurent au travers des mangroves.

Pour la visite de la réserve naturelle de Sian Ka’an, je vous conseille les guides travaillant pour l’association « Community Tours ».

Grisés par le soleil, on a posé nos valises à l’hôtel Ocean Maya Royale situé à Playa del Carmen, dans lequel on ricoche – perdus – dans un dédale de lotissements sans âme et à la gastronomie décevante, un comble quand on pense à la gamme des saveurs mexicaines.

 

 

Jour 3 : On prend un bus en direction de la cité archéologique de Coba, située à 1h40 de Playa del Carmen.

Le site précolombien de Coba présente vraiment une atmosphère singulière, la végétation semblant protéger les vestiges sous des ombres végétales. La visite de cet immense site maya peut se faire à pied mais aussi en pousse-pousse avec des escales devant les différents temples.

Je vous recommande de bien choisir votre guide pour comprendre l’histoire des lieux et focaliser votre regard sur les éléments architecturaux les plus emblématiques de cette civilisation préhispanique: le nôtre était si stressé que cela en devenait communicatif et j’ai préféré m’aventurer seule pour m’imprégner des lieux.

Par la suite, on a corsé le programme avec une descente en tyrolienne réalisée avec Alltournative Tours, ponctuée d’un repas traditionnel maya à se damner et une démonstration des rituels maya en pleine nature.

Cette nuit-là, on s’est arrêté à l’hôtel Dreams Tulum, à la localisation idéale car il est situé juste à côté du site archéologique de Tulum. Les chambres sont particulièrement confortables et lumineuses et les gourmands risquent d’être conquis ! Mention spéciale pour le petit-déjeuner très frais et savoureux, dans lequel on peut composer ses smoothies exotiques et jus de légumes à la minute tout en piochant volontiers dans les piles de pain perdus à la cannelle et les pancakes juste sortis de la poêle. Les audacieux troqueront leur petit-déjeuner occidental pour des saveurs mexicaines.

Jour 4 : On prend un bus de Tulum vers le Rio Secreto, une grotte partiellement immergée d’eau douce et translucide dans laquelle on s’aventure en combinaison flottante, équipé d’une lampe frontale, en suivant le tracé de différentes cénotes. L’expérience dure un peu moins de deux heures et est de toute beauté.

On sort de la douce pénombre pour découvrir la ville de Playa del Carmen. Escale destinée au shopping, je ne pensais pas être conquise par cette ville-champignon que je pensais très factice. Et pourtant, la ville regorge de street art grandiose et se révèle très photogénique.

On se rassasie dans le restaurant « Kool Fish » situé près de la 5th Avenue. Ruée sur les tacos, les burgers assaisonnés d’épaisses cuillères de guacamole, les scampis frits au pico de gallo addictif et les burritos généreux, face à une plage noire de transats.

Jour 5 : On part tôt pour profiter du site archéologique de Tulum avant l’afflux des bus touristiques. Encadrés par Israel, un guide francophile passionnant opérant pour « Altanueva Cancun », on découvre l’un des plus beaux sites maya de la péninsule du Yucatan. La découverte archéologique se poursuit avec le site d’Ek Balam, moins connu et donc beaucoup plus calme.

On déambule longuement dans la petite ville coloniale d’Izamal, l’hypnotique cité aux murs jaunes où le temps semble éconduit.

Des couleurs pleins les yeux, une nouvelle surprise nous attend à l’hacienda Temozon, où chaque chambre a son nom et est un bijou d’aménagement intérieur. Cette hacienda datant du XVIIè siècle est l’un des plus beaux hôtels que j’ai pu voir de ma vie, tout en charme historique et en raffinement. La gastronomie est à l’image des lieux: un tour de magie.

Jour 6 : Difficile de s’arracher à cet hôtel si romanesque….

On prend la route vers le site archéologique d’Uxmal – dont je vous parlerai plus longuement dans un article centré sur l’abondance archéologique de la péninsule du Yucatan.

Une jolie pause à l’hacienda Ochil pour se rassasier et explorer cette ancienne ferme remise à neuf, entourée de cactus et d’arbres torsadés.

On découvre la ville de Mérida, qui va devenir notre point de référence pour les derniers jours de notre voyage, tout en posant nos valises dans l’hacienda Misné tenu par un personnel littéralement aux petits soins.

 Jour 7 : On s’aventure dans les marchés alimentaires de Mérida, occasion idéale pour s’initier à la gastronomie mexicaine en compagnie d’une jeune chef. On confectionne un panier bien garni, en faisant de longues escales dans ce marché très vivant et photogénique.

On met enfin la main à la pâte en cuisinant dans la petite maison de notre guide et on termine la soirée en assistant à un entraînement de lucha mexicaine, dont les lutteurs surjouent les combats en se grimant de masques qui confortent leur légende. Malgré la mise en scène théâtrale, impossible de ne pas être rivé à ces hommes qui ne lésinent pas sur l’intensité des enchaînements et des frappes. On retrouve ici l’atmosphère grisante des combats de cholitas boliviennes.

Jour 8 : On quitte la belle Mérida en direction du site archéologique de Chichen Itza, étape presque incontournable dans un périple au travers de la péninsule du Yucatan.

Encore une longue balade dans la petite ville de Valladolid, quelques portraits volés au coin d’une rue, l’évidence d’un départ imminent. On essaie de ralentir le temps et de bien fixer cette lumière folle qui a bercé notre séjour.

Hédonistes, on trempe nos pieds dans une immense cénote, située près de l’hacienda Selva Maya, avant de prendre la route vers l’aéroport de Cancun.

Le retour vers Paris se fait également avec un avion de la compagnie XL Airways dans lequel nous nous endormons tous très vite comme des enfants gâtés par ce séjour si fort.

 

 

 

Written by | NowMadNow

Ce long voyage était prévu, fantasmé, mais pas comme ça! J'ai abandonné mon itinéraire pour créer un tour du monde aléatoire, ouvert aux rencontres et aux opportunités qui émergent toujours en chemin. Envoyez-moi un petit mot, on ira boire une jerricane de thé... quelque part.

Google+

13 Comments

  1. Anais

    7 mars 2017 at 9 h 35 min

    je ne connaissais pas cette endroit, c’est une belle découverte en tout cas

    • NowMadNow

      8 mars 2017 at 10 h 04 min

      Merci Anaïs. Cette région m’a vraiment surprise, je pensais la péninsule du Yucatan moins sauvage. Et en fait c’est une région très riche, CONTRASTÉE et j’aimerais y retourner pour mieux la découvrir.
      Tu as déjà voyagé au Mexique ?

  2. Corinne (Couleur Café)

    7 mars 2017 at 13 h 51 min

    La plage parait paradisiaque !!!

    • NowMadNow

      9 mars 2017 at 4 h 02 min

      Cette plage sauvage, située à proximité de la cité archéologique de Tulum, est sidérante de beauté. On est resté longuement à observer le roulis des vagues, les surfeurs audacieux, et surtout ces couleurs renversantes.
      J’espère que je t’aurai donné envie de te rendre par toi-même dans cette région.
      A bientôt,
      Aline

  3. Cyrielle - The Wild Panda

    7 mars 2017 at 15 h 32 min

    Un voyage de rêve!

    • NowMadNow

      9 mars 2017 at 3 h 33 min

      Oh que oui! Le Quitana Roo et le Yucatan m’ont séduite.
      Et toi, Wild Panda, c’est une région que tu connais déjà un peu?
      Merci pour ton message, Aline

  4. Yohan Delalande

    8 mars 2017 at 8 h 53 min

    Merci beaucoup pour cette article! Le Yucatan a l’air magnifique!.. Aura-t-on le droit à d’autres photos des paysages? 😉

    • NowMadNow

      9 mars 2017 at 3 h 59 min

      Bonjour Yohan, merci pour ton passage par ici! Oui bien sûr, je publierai d’autres articles sur le Yucatan et le Quintana Roo et une grande place sera accordée aux photographies de paysage.
      Si tu veux, tu peux également consulter mon compte Instagram, sur lequel j’ai mis en ligne de nombreuses photos du Mexique.

      A bientôt, Aline

  5. maman des enfants

    8 mars 2017 at 9 h 41 min

    pouvez vous retirer le comentaire concernant mes enfants et moi meme car rien a voir sur votre article sur le mexique et gardez votre vie privee pour vous pas besoin de l etaler sur le net merci

    • NowMadNow

      9 mars 2017 at 3 h 52 min

      Chère Caroline,
      je suis étonnée que vous preniez le temps de lire chaque article publié depuis un an sur ce blog et d’en faire un compte rendu à mon conjoint.

      Je m’étonne de vous voir poster un commentaire ici, sur cette plateforme personnelle, d’autant que vous disposez d’autre moyen d’entrer en contact direct avec moi en vue de clarifier un point ou d’aplanir un élément. J’ai toujours été à votre disposition pour une discussion sereine et respectueuse.

      J’ai longtemps postposé toute mention à mon nouveau cadre de vie et contexte familial, vous sachant aux aguets et décidée à critiquer sans concession une personne que vous n’avez jamais rencontrée.

      Un an s’est écoulé depuis l’entrée dans ma vie de mon conjoint et de facto de ses enfants et je me suis permise ces quelques mots sur ce blog qui, dois-je le rappeler est un espace d’expression personnel.

      Je tiens à attirer votre attention sur le fait que les quelques lignes relatives aux enfants ne sont en aucun cas une atteinte à leur légitime vie privée. Aucune photo d’eux ne sera évidemment diffusée, et leur nom n’est pas mentionné et ne le sera pas. Je ne parle que de mon point de vue, qui touchera peut-être les femmes qui vivent la même situation que moi ou les familles recomposées.

      Si vous souhaitez poursuivre le débat, n’hésitez pas à me contacter directement plutôt que de venir à nouveau sur ce blog.

      Il va de soi que tous les commentaires injurieux publiés de votre part dans le passé sous des alias fantaisistes ainsi que les messages insultants transmis à mon conjoint constituent du harcèlement et ceci est pénalement réprimé. A nouveau, ne me menacez pas d’un dépôt de plainte pour ces quelques lignes qui ne sont en rien une atteinte à la vie privée de vos enfants.

      Cordialement,
      Aline

      Quant aux lecteurs qui s’interrogeraient sur la pertinence de laisser votre commentaire accessible, je leur réponds ceci: le harcèlement, qu’il soit professionnel, sexuel, virtuel, est puni par la loi, et au bout d’un an d’attaques multiples, je n’ai plus envie de passer sous silence ces attaques injustifiées.

  6. blog voyage vietnam 2015

    16 mars 2017 at 3 h 38 min

    merci de partager ces mots sur. de belles images, il me fait rappeler le paysage romantique au Vietnam

  7. Pingback: NowMadNow – Itinéraire visuel à travers la péninsule du Yucatan

  8. Isabelle

    23 mars 2017 at 20 h 33 min

    Merci pour ce beau COMPTE-rendu de voyage. J’y pense pour mon voyage de noces, tu aurais des idées pour un hotel romantique sur playa ? Merci beaucoup ! Isa